Rochdi Belgasmi bouscule les perceptions sur la masculinité dans le film

 14-11-2017    25   

Porter sur le grand écran le corps reluisant des femmes dans un hammam, s'incruster dans leur intimité, brandir le désir ardent des hommes envers elles, l'effervescence qu'elles suscitent est un classique dans le cinéma tunisien. Et si on brisait la règle en inversant les rôles? C'est le pari risqué d'Amel dans le film "L'amour des hommes", projeté dans les salles actuellement dans le cadre des Journées cinématographiques de Carthage. Amel, joué par Hafsia Herzi, est une jeune femme foudroyée par le décès de son mari.
Sans refuge, elle vit chez ses beaux-parents à Tunis. Elle reprend goût à la vie grâce à la photographie en choisissant de prendre des hommes comme modèles, ne craignant pas de bousculer par là les traditions et de briser les interdits. La frontière entre le modèle et un homme érigé en une muse est fine et excitante. Rochdi Belgasmi joue le rôle de l'un de ces modèles. On le connait comme danseur trublion et à succès, le voilà acteur novice. Et ce n'est pas un hasard: "Mehdi Ben Attia, le réalisateur du film m'a vu dans mon spectacle Zoufri et c'est ainsi que tout a commencé", a confié Rochdi Belgasmi au HuffPost Tunisie. Il faut dire que jouer son personnage dans le film requiert de l'audace, une qualité reconnue du danseur. Une continuité dans ce qu'il excelle, avec une petite nuance: "Dans le cinéma, on est dans le corps mais aussi dans le verve". Synchroniser les deux était une nouveauté pour le premier rôle de Rochdi Belgasmi au cinéma. Cela donne une danse exaltante. L'acteur, fidèle à lui-même, renverse les préjugés sur la féminité et la masculinité. Séduisant autant par son corps que par sa verve, le personnage de Rochdi est accrocheur, drôle et charmant. "Alors que l'esthétique du corps féminin est très présente dans les films tunisiens, ici c'est le corps masculin qui est exposé, maté, tentateur et c'est la femme qui est la spectatrice et non plus l'objet", explique Rochdi Belgasmi. Après cette entrée fracassante dans le cinéma, Rochdi Belgasmi n'écarte pas la possibilité d'y rester mais à condition: "Je ne suis pas un acteur et je ne veux pas prendre le métier des autres mais quand l'opportunité est en harmonie avec ma carrière de danseur, pourquoi pas", a-t-il conclu.

 Rihab Boukhayatia